Actualités Géographiques

Analyses Thématiques

Sources Pédagogiques

Cyclisme : Un Giro "plus humain" en mai 2012

Du 16/10/2011 au 12/01/2012

Sport

La prochaine édition du Tour d'Italie, qui partira le 5 mai du lointain Danemark, s'annonce "plus humaine" mais laisse la part belle aux grimpeurs avec plusieurs sommets mythiques et un seul contre-la-montre individuel important pour la dernière étape, le 27 mai à Milan.

Humain. Le terme est revenu dans la plupart des commentaires lors de la présentation télévisée de la course rose, dimanche après-midi à Milan, en présence des deux derniers vainqueurs, l'Italien Ivan Basso et l'Espagnol Alberto Contador.

Le Giro est désormais dirigé par Michele Acquarone, directeur général de RCS Sport et successeur du bouillant Angelo Zomegnan, qui a passé la main après sept ans à la tête de l'organisation.

Sous Zomegnan, le Giro avait pris une tournure très spectaculaire, notamment au cours des deux dernières années, quitte à s'attirer des critiques pour avoir atteint certaines limites sportives.

Acquarone a mis un peu d'eau dans ce vin. La 95e édition, longue de 3.476,4 kilomètres, s'annonce plus raisonnable mais elle réserve tout de même un final haletant, avec deux grandes étapes de montagne dans les trois derniers jours, à l'Alpe di Pampeago puis au sommet du Stelvio, le col-symbole du nord de l'Italie, à plus de 2700 mètres d'altitude.

La course de la Gazzetta dello sport, "la plus dure du monde dans le pays le plus beau du monde" selon le journal, aura un départ inédit du Danemark, le point le plus au nord de l'Europe dans l'histoire de l'épreuve. Avec, pour conséquence, une journée de repos après seulement trois jours de course, pour que l'ensemble de la caravane rentre en Italie.

Le parcours, éventé par une fuite sur internet, comme celui du Tour de France 2012 qui sera présenté mardi à Paris, comporte sept étapes ouvertement favorables aux grimpeurs. Entre autres celles arrivant à Cervinia (14e), à Cortina d'Ampezzo (17e), à l'Alpe di Pampeago (19e) et au Stelvio (20), qui sera escaladé après le Mortirolo, emprunté par une route encore inédite dans l'histoire de la course.

A part l'ouverture danoise, sur 8,7 kilomètres à Herning, dans le Jutland, et le contre-la-montre par équipes pour l'arrivée sur le sol italien à Vérone, les rouleurs n'auront que le dernier "chrono" milanais, de 31,5 kilomètres, à se mettre sous la dent.
Les principales difficultés du 95e Tour d'Italie :

Le départ au Danemark.

Le Giro n'était jamais parti aussi loin du Nord en Europe. Après le prologue de 8,7 km, deux boucles autour des villes d'Herning (206 km) et Horsens (190 km), étapes pour les sprinteurs.

11e étape: pour baroudeurs

La plus longue étape du Giro-2012. Assise - Montecatini Terme s'étire sur 243 km de Toscane en Ombrie, et représente la meilleure opportunité pour les spécialistes des classiques.

14e étape: le Cervinia

Avec Cherasco - Cervinia (205 km), le Giro retrouve le difficile Cervinia (Breuil, pour le nom français), dans le Val d'Aoste, pour la troisième fois comme ligne d'arrivée, après 1960 (victoire d'Addo Kazianka) et 1997 (Ivan Gotti).

17e étape: Falzes - Cortina d’Ampezzo, 187 km

Retour à Cortina, perle des Dolomites, célèbre pour ses épreuves de ski. Les coureurs devront escalader le redoutable Giau à 17 km de l'arrivée, avant de rejoindre la station.

19e étape: L'Alpe de Pampeago

Trévise - Alpe di Pampeago, 197 km. Le premier panneau du triptyque final, qui devrait, dans l'esprit des organisateurs, désigner le maillot rose, passe par l'Alpe de Pampeago, dans les Dolomites. Marco Pantani avait remporté une victoire d'étape en 1999.
20e étape: arrivée au Stelvio

L'avant-dernière étape (Caldes/Val di Sole - Passo dello Stelvio, 218 km) franchit le Mortirolo, par une route inédite mais aussi coriace que la classique, et rejoint le Stelvio et ses 2757 m d'altitude et son dernier demi-kilomètre de sterrato (chemin de terre), l'un des cols historiques du Giro (c'est au sommet du Stelvio que le Giro 1975 s'était conclu).

21e étape: le contre-la-montre final

Le Giro pourrait se jouer le dernier jour à Milan, comme lors du fameux Tour de France 1989 entre Greg Lemond et Laurent Fignon. Hormis le prologue danois et le traditionnel exercice par équipes, l'ultime contre-la-montre milanais (31,5 km) est la seule occasion pour les rouleurs de s'exprimer.

Les étapes:

5 mai: 1re étape Herning (Danemark) - Herning, 8,7 km (contre-la-montre individuel)

6 mai: 2e étape Herning - Herning, 206 km

7 mai: 3e étape Horsens (Danemark) - Horsens, 190 km

8 mai: repos

9 mai: 4e étape: Vérone - Vérone, 32,2 km (contre-la-montre par équipes)

10 mai: 5e étape: Modène - Fano, 199 km

11 mai: 6e étape: Urbino - Porto Sant’Elpidio, 207 km

12 mai: 7e étape: Recanati - Rocca di Cambio, 202 km

13 mai: 8e étape: Sulmona - Lago Laceno, 229 km

14 mai: 9e étape: San Giorgio del Sannio - Frosinone, 171 km

15 mai: 10e étape: Civitavecchia - Assise, 187 km

16 mai: 11e étape: Assise - Montecatini Terme, 243 km

17 mai: 12e étape: Seravezza - Sestri Levante, 157 km

18 mai: 13e étape: Savona - Cervere, 121 km

19 mai: 14e étape: Cherasco - Cervinia, 205 km

20 mai: 15e étape: Busto Arsizio - Lecco/Pian dei Resinelli, 172 km

21 mai: repos

22 mai: 16e étape: Limone sul Garda - Falzes, 174 km

23 mai: 17e étape: Falzes - Cortina d’Ampezzo, 187 km

24 mai: 18e étape: San Vito di Cadore - Vedelago, 139 km

25 mai: 19e étape: Trévise - Alpe di Pampeago, 197 km

26 mai: 20e étape: Caldes/Val di Sole - Passo dello Stelvio, 218 km

27 mai: 21e étape: Milan - Milan, 31,5 km (contre-la-montre individuel)
©-afp

Traduction